jeudi 27 avril 2017

Chronique n°31

Chronique faite par Kerry
Kolos et les quatre voleurs
Auteur : Jean-Claude Mourlevat
et Isabelle Chatellard
éditions Hatier, collection Ribambelle
Format du livre : 18.5 x 0.5 x 12 cm
Pour jeunes lecteurs : CE1 environ
Prix : 3.50 €
Petit roman de 45 pages

Il était une fois, au fond de la forêt, un géant qui s'appelait Kolos. Tout le monde avait peur de lui. Un soir pourtant, quatre voleurs arrivent près de sa demeure.


Voici un petit roman dont je vais vous parler aujourd'hui, pour changer un peu des albums pour plus petits.
La couverture est sombre, mais colorée, un peu à l'image de son contenu, les éléments clés de l'histoire y apparaissent, je trouve les clins d’œil sympathiques une fois qu'on a lu le roman ! Je l'ai choisi, car mon fils adore le sujet des méchants et gentils, des voleurs, etc. Donc cette histoire était faite pour lui.


L'intrigue est répétitive notamment dans les mots utilisés pour permettre au jeune lecteur de bien assimiler ce qu'il lit et d'en comprendre le sens, si ça n'a pas fonctionné du premier coup, je le trouve très bien fait en cela. 
Sinon elle ne casse pas trois pattes à un canard, mais a le mérite d'avoir une morale toute mignonne que j'ai beaucoup aimé et qui est très romantique ! Pas sûre que ça touche un enfant de sept ans, mais l'intention est là...
Ce livre revêt pour moi de deux intérêts (si ce n'est celui de la langue française) : l'apprentissage du civisme, c'est-à-dire ici le fait de ne pas voler sinon on s'expose à des conséquences fâcheuses. Ensuite il enseigne aux enfants les métaphores (décrocher la lune) et la poésie, avec la morale surtout.


En ce qui concerne les illustrations, je n'ai pas du tout accroché, vous connaissez à connaître mes goûts en la matière, ce genre de dessins ne me touche pas vraiment, mais ont le mérite d'animer la lecture pour l'enfant et c'est déjà très bien...

En bref, j'ai beaucoup aimé et je conseille à vos petites têtes blondes (ou pas !)



dimanche 23 avril 2017

Chronique n°30



Chronique faite par Manue 
L'ourse
Auteur: José Ramon Alonso
Illustrice: Lucía Cobo
éditions didier jeunesse
format du livre: grand format
conseillé pour les enfants dès 4 ans
14 euros 20
le livre contient 32 pages.


L’automne recouvre peu à peu la campagne et l’ourse  cherche de quoi manger. Elle se prépare pour le long  hiver. La voilà qui creuse un trou dans la terre  et s’endort. Un jour, la chaleur et la lumière sont  à nouveau là, soufflent sur l’ourse qui se réveille ;  dans son ventre, elle sent que ça remue,  que le printemps est revenu…

  Je remercie déjà les éditions Didier Jeunesse et surtout Amélie Naton pour l'envoi de ce livre.

Le livre est assez grand avec une couverture résistante qui permet de durer dans le temps.
La photo de couverture est très belle et nous donne envie de découvrir l’intérieur du livre. Personnellement j’aime ce genre de dessin, naturel, fait sans doute aux crayons de couleur et qui n’est pas retouchée à l’ordinateur.





L’histoire nous raconte la vie d’une ourse. Si on y découvre un animal parfois peu connu il faut aussi savoir que ce livre est fait en papier recyclé et venant de forêt gérée pour durer. Tout dans ce livre nous montre que pour les auteurs et l’éditeur la nature est importante.
Le texte n’est pas très présent, c’est un peu le seul vrai bémol que je ferais à ce livre. L’histoire peut être lue par un enfant qui sait lire. Elle peut être aussi racontée le soir par un adulte qui saura étoffer un peu le récit pour le rendre un peu plus vivant et éducatif.
Cela aurait pu être intéressant par exemple d’avoir un peu plus d’informations sur cette ourse.
L’histoire est par contre tout en poésie et joliment écrite ! On prend plaisir à découvrir la vie de cet animal.

Les illustrations sont dans la continuité de celle de la couverture. Elles sont toutes sur deux pages ce qui est agréable. Ce genre de dessins offre plus de possibilités selon moi. C’est un peu dommage aussi que l’histoire soit si courte, à la fin adulte comme enfant en redemanderont !
J’ai beaucoup apprécié l’ensemble de ce livre jeunesse. Je vous le recommande surtout pour l’histoire qu’il raconte mais aussi pour les dessins. Par contre je pense que pour une histoire du soir le parent devra faire marcher son imagination pour raconter un peu plus de choses à l’enfant.



En résumé, un très beau livre que je vous conseille de découvrir si ce n’est pas déjà fait !




mardi 18 avril 2017

Chronique n°29



Chronique faite par Manue 
Les contes de la ferme - La tempête de neige
Auteure: Heather Amery
Illusteur: Stephen Cartwright
éditions usborne
format du livre: petit format carré
conseillé pour les enfants dès 2 ans
1 euros 90
le livre contient 16 pages.

Cette collection de charmantes petites histoires a été spécialement écrite pour les jeunes enfants qui apprennent à lire. Avec l'aide d'un adulte, ils découvriront le plaisir de lire seuls tout un livre.


Je remercie déjà les éditions Usborne et surtout Nathalie Zylberman pour l'envoi de ce livre.



Le format du livre est vraiment bien. Carré, petit, il me rappelle les livres que je lisais quand j’étais enfant ou que ma maman me racontait le soir. Pour les parents je pense que cela leur rappellera aussi des souvenirs !
La couverture est souple, mais ce sont des histoires plutôt à raconter. L’enfant pourra lorsqu’il sera plus grand les lire tout seul. Comme le format du livre est assez pratique le livre peut se transporter facilement.
Le dessin de la couverture nous met tout de suite dans l’ambiance.

L’histoire nous raconte le quotidien d’une ferme. Je pense que c’est intéressant pour les enfants qui n’ont jamais vu d’animaux dans la campagne. Ce livre est plutôt à lire l’hiver puisque l’histoire se déroule lorsqu’il y a de la neige.
On y découvre quelques animaux comme les cochons et les moutons. Ce livre peut donner ensuite envie aux enfants de visiter une ferme ou du moins d’en voir dans les pâturages l’été.
Le livre n’est ni trop long ni trop court. Il y a une histoire complète avec une jolie fin.
Ce sont deux enfants qui sont mis en avant et je pense que c’est une bonne idée. Ainsi le jeune lecteur peut se mettre à la place des personnages
Le texte est présent mais sans alourdir la page. Le format est toujours le même, une ligne en haut et deux en bas. Au milieu se trouvent les illustrations.




Ces dernières sont très jolies. Si les paysages sont dans les tons clairs l’illustrateur ajoute tout de même des couleurs pour les personnages. L’ensemble donne envie de découvrir l’histoire.
L’enfant peut aussi chercher à chaque page un petit canard jaune qui se cache ou qui se montre un peu plus parfois selon son humeur.

En résumé, un roman jeunesse que je vous conseille sans hésiter, à lire un soir avec de la neige dehors et bien au chaud sous les couvertures !




jeudi 13 avril 2017

Chronique n°28



Chronique faite par Manue 
La grande peur d'Idul
Auteure: Ghislaine Trouilloud
Illustratrice: David Trouilloud
éditions thot
format du livre: format carré
conseillé pour les enfants dès 5 ans
13 euros
le livre contient 48 pages.

Idul est un petit épouvantail qui a un gros problème: il a peur des oiseaux ! Il se sent tellement différent des autres qui ont l'air si courageux !
Mais est-il vraiment le seul à être confronté à la peur ?


Je remercie déjà  le site Babelio, les éditions Thot et Elodie Jacob pour l'envoi de ce livre.

La couverture est en carton assez fin mais très résistant. Le livre est donc fait pour durer dans le temps et résister aux enfants qui ne sont pas forcément très soigneux avec les livres.


Le dessin est très joli, dans les tons de nature et nous donne envie de découvrir cette histoire et la vie d’Idul, ce petit épouvantail. J’apprécie le fait que l’on voie les coups de crayons et donc que ce soit dessiné à la main.


Les feuilles sont assez fines et légères dans un papier glacé et brillant. C’est assez inhabituel pour un livre pour enfants.
Le texte est assez facile à lire pour ceux qui débutent mais il peut aussi être lu le soir par un adulte. L’auteure ne met pas trop de textes. Il y a parfois des paragraphes de six ou sept lignes mais d’autres fois il n’y a que deux ou trois lignes. Je pense que c’est une bonne solution pour ne pas lasser l’enfant qui découvre l’univers du livre.
La morale de l’histoire est tout simplement très mignonne et très joli. Je ne vous en dis pas plus pour vous donner envie de découvrir ce livre ! J’ai été touchée par cette histoire et le quotidien de ces amis épouvantails. 

Les illustrations sont très jolies. D’après les informations à la fin du livre elles sont faites à la craie. Je suis toujours intéressée de découvrir de nouvelles techniques dans les livres pour enfants et je ne pense pas avoir déjà vu ce genre là. Tout au long de l’histoire l’illustrateur, mari de l’auteure, a gardé des tons naturels, il n’y a pas de couleurs trop voyantes.

Ce que j’ai trouvé original c’est qu’à la fin de l’histoire l’enfant est invité à dessiner lui aussi un épouvantail lui ressemblant et à écrire les choses qu’il aime faire. C’est une bonne idée pour faire participer l’enfant au livre. Cela aurait pu être bien par contre que l’enfant puisse envoyer le dessin à l’auteure et l’illustrateur pour qu’il y ait un petit échange…

En résumé un livre très sympathique que je vous conseille sans hésiter. Après avoir lu cette histoire je suis sûre que vous ne verrez plus les épouvantails de la même manière !


lundi 10 avril 2017

Chronique n°27

Chronique faite par Kerry

C’est pas juste
Auteur : Shinsuke Yoshitake
éditions Nobi Nobi !
Format du livre : 19.5 x 25.5 cm
Conseillé de 2 à 6 ans
Prix : 11.90 €
Album jeunesse de 40 pages

Pourquoi faut-il aller au lit de si bonne heure ?

Pourquoi est-on obligé de finir ses petits poids ?

Pourquoi n’a-t-on pas tous les jouets qu’on voudrait ?

Autant de situations vécues par les enfants, alors que les adultes, eux, font ce qu’ils veulent : C’EST PAS JUSTE !




L’ouvrage présente une couverture rigide et qui semblerait résistante aux petites mimines des enfants même si c’est un livre à lire avec ses enfants, plutôt qu’à lui laisser entre les mains pour qu’il se débrouille. La couverture est juste magnifique je trouve, c’est vraiment un bel objet-livre qui va mettre en valeur notre bibliothèque ! On voit tout de suite la tendance axée manga qui en découle même si les illustrations restent enfantines et appréciables pour ceux qui n’aiment pas ce genre d’ouvrages.



Cet album permet de passer un excellent moment en famille : pour ma part, j’ai bien ri avec les enfants. Les enfants se retrouvent forcément dans ces situations et questions quotidiennes : "pourquoi nous les enfants doit-on se coucher tôt ?" , "pourquoi doivent-ils manger des légumes quand les adultes mangent ce qu’ils veulent ?", etc.


Ce livre offre un moyen ludique aux parents d’échanger sur ces sujets banaux, mais importants aux yeux des enfants, qui ne comprennent pas forcément les différences qu’on leur impose.
Attention, cet ouvrage n’est pas sérieux, les réponses que le papa donnera dans l’histoire sont toutes plus farfelues les unes que les autres ! Et c’est ce qui fait que c’est si drôle et ce qui permet, à nous, parents, de rétablir et d’expliquer la vérité aux enfants. 

Cet album vous promet plus qu’une lecture agréable, elle vous permet d’échanger profondément avec vos enfants, ce qu’on ne pense pas forcément à faire spontanément sur cette question d’injustice que peut ressentir un enfant.
Ce que j’ai apprécié ici, c’est que l’acheteur en aura pour son argent, autant au niveau de la beauté des illustrations que sur le contenu, souvent les textes pour enfants sont très courts, ici, même si ça se lit rapidement, ils sont plus enrichis. Ce n’est pas expédié.


Les illustrations et la mise en page de cette histoire nous ont tous conquis, même si elles semblent relativement simples, elles fonctionnent grâce au choix des couleurs, à l’alternance des fonds, et au texte tantôt en script, tantôt en police plus informelle.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai tout aimé de cet album, c’est un véritable coup de cœur partagé de mes enfants. Je vous le recommande, jetez-vous dessus si vous en avez l’occasion.



samedi 1 avril 2017

Chronique n°26


Chronique faite par Manue 
Où est mon hibou ?
Auteure: Fiona Watt
Illustratrice: Rachel Wells
éditions usborne
format du livre: petit format carré
conseillé pour les enfants dès 6 mois
15 euros
le coffret contient  un livre de 10 pages et une peluche.

Cette collection de livre cartonnés, qui se regardent et qui se touchent, est destinée aux tout-petits. Ceux-ci s'amuseront à tourner les pages pour découvrir les différentes matières. Ils développeront leur langage ainsi que leur sens tactile.

Je remercie déjà les éditions Usborne et surtout Nathalie Zylberman pour l'envoi de ce livre.




Ce n'est pas seulement un livre que je vous propose de découvrir mais c’est un coffret. Ce dernier est composé d’une jolie boite en carton, d’une petite peluche hibou tout doux et d’un livre parfait pour les petits enfants.

Concernant le livre, la couverture est épaisse et très résistante. Le dessin est vraiment très beau et nous donne envie d’ouvrir ce petit livre. Dès le début on sait de quel genre de livre il est question. En effet le petit bec du hibou est en plastique tout doux.
Les pages du livre sont elles aussi cartonnées. Le format poche est adapté aux mains des enfants en bas âge, c’est un livre qu’ils peuvent transporter partout et que le parent peut mettre facilement dans son sac pour distraire l’enfant lors d’un voyage par exemple.
Au fil de la lecture l’enfant va pouvoir toucher différentes textures. C’est un livre parfait pour ceux qui commencent à découvrir le monde et qui sont donc curieux de tout.

Les dessins sont assez simples mais très jolis. Ce sont des dessins colorisés à l’ordinateur malheureusement. Personnellement je préfère les dessins faits et dessinés entièrement à la main… là étant donné qu’il n’y a pas de dégradé je les trouve un peu "froids". Par contre le dessinateur nous fait aussi découvrir différentes sortes de hiboux et de chouettes et je trouve cela très intéressant.
Le livre est par contre assez court, dix pages seulement, et ce livre est tellement une bonne idée que l’on en voudrait encore.

La petite peluche qui accompagne le livre est tout simplement très mignonne et fera craquer petites filles et petits garçons. Je suis sûre qu’elle deviendra un compagnon de jeux ou un ami de nuit de l’enfant.


En résumé un livre jeunesse que je vous conseille pour une première lecture et que vos enfants prendront plaisir à découvrir, redécouvrir et ensuite lire plus tard s’ils ont des frères et sœurs.





mardi 28 mars 2017

Chronique n°25

Chronique faite par Kerry
 
Je veux des pâtes !
Auteur : Stéphanie Blake
L'école des Loisirs
Format du livre : 19 x 15 cm (poche) et 28 x 22.5 cm (album)
Conseillé de 2 à 5 ans
Prix : 5 € format poche, 12.70 € l'album.
Album jeunesse de 29 pages
 
Simon a beau être un Superlapin, ses goûts en matière d’alimentation ne sont pas supervariés… Quand sa maman l’appelle pour manger ses tartines, quand son papa lui dit de finir son bifteck et ses légumes, Simon répond : « Pouah ! Berk ! C’est pas bon ! » Lui, tout ce qu’il veut, c’est manger des pâtes, un point c’est tout. Mais que se passe-t-il quand Maman fait du gâteau au chocolat, et que la condition pour en avoir un gros morceau, c’est de manger d’abord... sa soupe ?
 
 
Aujourd'hui, je reviens pour vous parler d'un autre album de Stéphanie Blake. Sa couverture est souple comme tous les livres de la collection, les couleurs sont plutôt pastel, mais attrapent l’œil des enfants, car l'illustration est grossière dans le sens où elle est simple et sans fioriture. 


 
Toutes les illustrations des albums de Stéphanie Blake mettant en scène ce petit lapin seront ainsi. Comme je l'avais dit dans ma précédente chronique, ce ne sont pas mes types de dessins préférés, mais ils sont enfantins et donc peuvent plaire davantage aux enfants.

L'histoire encore une fois est toute drôle et mignonne.




Notre petit lapin, Simon, ne veut manger que des pâtes et compte bien le faire comprendre à tout son entourage. N'y tenant plus un jour sa mère l'envoie dans sa chambre, car il ne veut pas de son bol de soupe. Mais le dessert étant un bon gâteau au chocolat, il va finalement écouter sa mère. Le lendemain, il ne voudra plus de pâtes. Mais il voudra du poulet !


Ma fille a adoré cet album, peut-être parce qu'il lui parle beaucoup, elle est très difficile à table et il faut aussi ruser avec elle pour qu'elle mange des légumes. Alors forcément, cette lecture l'a bien fait rire et j'ai bien vu qu'elle se comparait à ce personnage quand elle arborait un petit sourire en coin.
J'ai vraiment bien aimé cet album pour ma part qui montre que les enfants peuvent être difficiles, faire des caprices sur la nourriture et changer d'avis aussitôt sec. Mais comme n'importe quel adulte finalement ? Sauf que les adultes ne sont contraints par personne, s'ils n'ont pas envie de manger des haricots, ils se préparent autre chose tout naturellement, ce que ne peuvent pas faire les enfants.


En ce qui concerne les illustrations, je n'ai rien de plus à ajouter que vous ne savez déjà. Ce n'est pas mon genre, mais ma fille, elle, les apprécie, sans doute car elles appuient sur le caractère drôle et léger de ces albums.

En bref, je recommande cette série d'albums, toujours un plaisir à lire avec ses enfants !